FILMS - May 10, 2017

Huit films extraordinaires sur la relation mère-fille

Soulignez la fête des Mères avec l’un de ces films formidables

Goldie Hawn et Amy Schumer dans Snatched (TM et © 2017 Twentieth Century Fox Film Corporation. Tous droits réservés).

Pour l’occasion, Hollywood vous propose une sortie au cinéma avec la sortie du film Snatched, au plus grand plaisir des cinéphiles, le 12 mai. Cette comédie met en vedette Goldie Hawn et Amy Schumer dans les rôles d’une mère surprotectrice et de sa fille complexée qui doivent surmonter leurs différences après avoir été enlevées pendant des vacances en Équateur.

Il s’agit du dernier d’une longue série de films qui exploitent le terreau fertile des relations complexes, déconcertantes et fascinantes entre les mères et leur fille. Voici huit autres excellents longs-métrages à ajouter à votre liste d’incontournables.

Freaky Friday (1976 ou 2003)

Que vous regardiez le film original (avec Barbara Harris et Jodie Foster) ou la nouvelle version (avec Jamie Lee Curtis et Lindsay Lohan), cette histoire d’échange d’enveloppe corporelle résiste à l’épreuve du temps et montre que parfois, une mère et sa fille ne peuvent pas vraiment se comprendre mutuellement à moins de se mettre (littéralement) dans la peau de l’autre.

Terms of Endearment (1983)

Ce film émouvant emblématique a gagné cinq OscarsMD, dont la statuette pour le meilleur film, et demeure un film marquant sur la relation mère-fille. Écrit et réalisé par James L. Brooks, le film suit la relation entre une veuve entêtée (Shirley MacLaine) et sa fille libre d’esprit (Debra Winger) sur une période de trois décennies.

Mermaids (1990)

Cher tient la vedette dans cette charmante comédie dramatique sur une mère célibataire excentrique et parfois extravagante qui élève deux filles très différentes l’une de l’autre – Charlotte (Winona Ryder), qui est obsédée par la religion catholique même si elle est juive, et Kate (Christina Ricci), qui ne pense qu’à la natation, pendant les années 1960, à Eastport, au Massachusetts.

The Joy Luck Club (1993)

Cette œuvre émouvante de grande envergure qui s’étend sur plusieurs décennies et plusieurs continents, inspirée du roman à succès d’Amy Tan, explore les difficultés actuelles et antérieures de quatre femmes chinoises âgées (Kieu Chinh, Tsai Chin, France Nuyen et Lisa Lu) et de leurs quatre filles adultes (Ming-Na Wen, Tamlyn Tomita, Lauren Tom et Rosalind Chao).

Postcards from the Edge (1990)

Cette satire mordante du réalisateur Mike Nichols est inspirée du roman autobiographique éponyme de Carrie Fisher et porte sur une actrice toxicomane en réhabilitation (Meryl Streep) aux prises avec des difficultés. Sa relation tumultueuse avec sa mère, ancienne vedette de cinéma (Shirley MacLaine), suscite chez elle beaucoup d’exaspération.

Panic Room (2002)

L’instinct de protéger son enfant constitue la prémisse de ce suspense palpitant du réalisateur David Fincher (Se7en). Dans ce long-métrage, Jodie Foster et Kristen Stewart, à une époque bien antérieure à la saga Twilight, incarnent une mère et sa fille, piégées dans l’espace sécurisé de leur maison en grès rouge après que trois cambrioleurs (Forest Whitaker, Jared Leto et un Dwight Yoakam redoutable) y entrent par effraction.

Mother and Child (2009)

Ce drame du réalisateur Rodrigo García (Things You Can Tell Just by Looking at Her) présente les histoires croisées de trois femmes reliées par le thème de l’adoption. Annette Bening incarne une femme qui a donné sa fille en adoption il y a quelques décennies et Naomi Watts, l’enfant devenue adulte qui se retrouve enceinte après une aventure. Enfin, Kerry Washington (de la série Scandal) interprète le rôle d’une femme qui envisage avec bonheur de devenir mère adoptive.

Mommie Dearest (1981)

Il est possible qu’aucune autre relation mère-fille portée à l’écran n’ait été aussi toxique et explosive que celle qui est décrite dans ce classique mélodramatique inspiré des mémoires (qui ont fait scandale) de Christina Crawford, au sujet de sa vie avec sa célèbre mère, l’actrice Joan Crawford. Ce film est unique en son genre, et Faye Dunaway, qui incarne une mère vieillissante qui avait en horreur les cintres en métal, croit même que ce projet a nui à sa propre carrière de comédienne.